Connect with us

Société

Yon fineray kanpe akòz prezans moun ” ki touye defen an “

Published

on

Sa ap pase kounya (3 zè 15 nan aprè midi) nan legliz Sentwoz de lima Leyogàn. Fineray yon jenn demwazèl ki te kòmanse byen pwòp poko ka kontinye. Rezon an? Pandan anpil pwòch defen an ap rele anmwey, yo pa ka konsole, Bèlmè demwazèl ki mouri an vin parèt. Manman an koke nan kòlèt li paske li ak rès fanmi an sèten se li ki touye ak mistik demwazèl la.

“Ou pa ka fin touye tifi a epi pou w fè je w byen chèch vin la. Se derespektan”, se kòmantè anpil moun k ap asiste.

Pandan n ap mete atik sa an liy, Pè k ap selebre fineray la poko ka rive mete lòd pou l kontinye. Se gwo tèt chaje, pil zen, pale anpil. Tout sa akòz kwayans popilè nou yo ki fè n kwè Ayisyen pa janm mouri senp.

 

Diery MARCELIN

dierymarcelin@yahoo.fr

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Environnement

Léogâne : un verger de plus de 10 milles manguiers menacé de disparition

Published

on

Léogâne : un verger de plus de 10 milles manguiers menacé de disparition

” Kay Agwonòm “, situé au Nord de Léogâne, s’étendant sur les localités de Terre-force et de Guérin sur 23 carreaux de terre, est un verger de plus d’une dizaine de milliers de manguiers. Depuis les 10 dernières années, l’espace subit des lotissements incessants. Cette situation s’aggrave tellement de jour en jour que ce patrimoine est menacé de disparaître aujourd’hui.

Pour dénoncer cette situation, l’Agronome Léoganais Gary Alliance a été reçu la semaine dernière au Ministère de l’Agriculture, après avoir été reçu la semaine d’avant par le Ministère de l’intérieur et des collectivités territoriales. Au cours d’un entretien d’une trentaine de minutes, le Ministre Patrice Sévère a promis de faire tout ce qui est de ses compétences pour protéger la ferme, rapporte Gary Alliance. Une équipe technique sera envoyée par le Ministère cette semaine pour évaluer la situation, promet le Ministre qui dit avoir participé à mette en place le verger, selon l’Ingénieur Agronome Garry Alliance.

La forêt des Manguiers, denomée ” Kay Agwonòm ” ou ” Kay Jòj “, représente pour les jeunes de Léogâne et les visiteurs un espace d’excursion, de pique-nique et d’évasion. Mais au delà de ce côté récréatif, l’Ingénieur Agronome Garry Alliance attire l’attention sur l’aspect scientifique, académique et climatique du verger. Un être humain nécessite 3.5 grammes d’oxygène par jour pour sa respiration. Un manguier en émet 15 par jour. Donc, avec ses 10 mille manguiers, c’est comme un poumon de la commune qui est en train de disparaître à cause de gens qui effectuent illégalement le lotissement des lieux et font élever des murs, se prétendant être des héritiers, explique Garry Alliance.

 ” Kay Agwonòm ” doit être préservé par les autorités compétentes comme un espace de biodiversité, attirant des espèces d’oiseaux en voie de disparition. Il doit être considéré comme un espace d’attraction scientifique pour le monde entier, en particulier nos étudiants en agronomie et écologie qui peuvent venir y effectuer des recherches, poursuit le Spécialiste en production végétale.

” La mairie doit prendre un arrêté communal pour protéger l’espace. S’il y a construction, il y a eu sûrement vente et arpentage. Nous devons trouver rapidement les bureaux où ces opérations ont eu lieu”, préconise Matelaud Sylvain, jeune Notable de la commune. ” Kay Agwonòm ” est un patrimoine commun et un poumon pour nous tous. Le détruire, c’est nous détruire nous même, soutient Yves Pétiel Jean Paul, jeune entrepreneur Léoganais monté au créneau pour dénoncer la situation. Dans la même veine, la mannequin Léoganaise Gayle Félix invite à ” lever la voix ” pour dénoncer ce qu’elle qualifie ” d’actes malhonnêtes “.

Diery Marcelin
dierymarcelin@yahoo.fr

Continue Reading

Coronavirus

À Léogâne, la Diaspora et la Jeunesse léogânaises se mobilisent contre le Covid-19

Published

on

À Léogâne, la Diaspora et la Jeunesse léogânaises se mobilisent contre le Covid-19.

Depuis l’annonce officielle des autorités sanitaires et étatiques haïtiennes à l’arrivée de ce virus en Haïti ; des jeunes de Léogâne, supportés par quelques membres de la Diaspora léogânaise, s’activent dans une vaste campagne de sensibilisation auprès de la population afin qu’elle prenne les devants dans la prévention contre le Coronavirus qui sème la panique, le deuil, le désarroi et la peur partout dans le monde.
 
Cette pandémie, qui traine derrière elle de plus en plus de cadavres, a foulé le sol haïtien à un moment où Haïti fait face à de nombreux problèmes et de crises politico-économiques et une précarité alarmante. Le système sanitaire haïtien, déjà suranné, doit faire face à un virus mortel qui met à genoux des puissances économiques mondiales à la pointe des technologies médicales les plus futuristes au monde. Alors que l’État haïtien plastronne pour des moyens qu’il n’a pas, la diaspora léogânaise, quant à elle, s’évertue à accompagner la population de Léogâne dans la prévention contre ce virus. 
 
Sous une initiative baptisée “Covid-19 Hand Wash Project” prise par 2 Jeunes Léogânais, Jean Ricardo Cossy et Wesly Jean-Louis, et largement supportée par les Léogânais.es résidant en terres étrangères ; les habitants de la Ville et des sections communales de Léogâne reçoivent informations, formations et kits sanitaires pour se prévenir du Coronavirus. Des spots de sensibilisation se font entendre en boucles à travers les stations de radio locales. Pour atteindre plus directement la population, un Truck Sound qui serpente les rues de la ville et les sections communales de Léogâne continue à propulser le message. Des seaux, du savon et du chlore sont distribués un peu partout à travers la commune pour encourager les habitants à laver leurs mains régulièrement et à les tenir propres pour se protéger et protéger les autres contre la maladie et sa propagation. Du centre-ville aux sections communales, les seaux sont installés dans des endroits très fréquentés et surtout là où il y a des marchands de produits comestibles et potables.
 
Tout commença par une publication sur les réseaux sociaux où Jean Ricardo Cossy présenta l’initiative avec un quota minimal de 100 seaux et une estimation de coût. Quoiqu’au début rien ne prédisait le succès du projet, Gadyen Dlo donna le ton en offrant 10 seaux et des intrants pour le traitement de l’eau. Après le lancement de l’initiative, Weldy Pierre, un membre de la diaspora léogânaise aux États-Unis, en fait une affaire personnelle. Au travers de son émission Savoir-Faire diffusée sur sa page Facebook, Weldy se dresse en Ambassadeur de la cause afin d’inciter les autres membres de la diaspora léogânaise à contribuer. En peu de temps, c’est toute la communauté léogânaise de la diaspora qui s’engage. 
 
Ils sont nombreux et issus d’horizons divers, du Canada, du Brésil, du Chili, des États-Unis, de la France…à apporter leur contribution pour la réussite du projet. D’autre Léogânais en Haïti et amis financent largement aussi cette initiative jugée louable par les bénéficiaires et par les observateurs. À date, plus de 270 seaux sont distribués et le nombre est en nette augmentation. Certains donateurs requièrent l’anonymat, d’autres préfèrent mettre en avant le nom de leurs entreprises. C’est le cas pour Gadyen Dlo qui a fait don de 10 seaux et de Magepa Water Filtration System – MWFS qui a offert ses seaux à un prix considérablement réduit afin que plus de communautés puissent en bénéficier ; toutes des entreprises léogânaises dirigées par des léogânais.
 
Cette initiative, qui se veut pérenne et multitâche, vise à réunir tous les léogânais d’Haïti et de la Diaspora autour de plusieurs projets de développement et, à mettre en place un partenariat public-privé à Léogâne pour le développement et la modernisation de la Cité d’Anacaona. Ce projet prouve que tout est possible quand la communauté décide de mettre la main à la tâche pour le bien-être de tous.

Marie Yolaine Moster
mmomayo@gmail.com

Continue Reading

Education

Kidnapping : les rumeurs, les paniques et les écoliers

Published

on

Kidnapping : rumeurs et paniques planent sur les écoles à Léogâne

La situation de tension qui s’installe sur la région métropolitaine à cause des cas de kidnapping recensés n’est pas sans conséquence sur Léogâne, où pourtant aucun enlèvement n’a été signalé récemment. Pour renforcer cette psychose de peur généralisée, les rumeurs concernant des écoliers kidnappés ne manquent pas. Conséquence : des parents et des responsables d’établissements scolaires paniquent.

A plusieurs reprises la semaine dernière, avant même l’heure du renvoi, des parents avaient accouru, affolés, vers un établissement scolaire de la commune. « On nous a dit que deux élèves de l’école ont été kidnappés. Nous sommes venus voir s’il ne s’agit pas des nôtres », nous disent-ils. La même rumeur circulait à propos d’une autre école la veille.

Par ailleurs, un riche homme d’affaires nous confie qu’il a envoyé son fils à l’étranger, sans attendre la fin de l’année scolaire. « Mon fils m’a dit que des gens en voiture l’ont photographié. Je l’emmène aux États-Unis par prudence », explique-t-il.

Le Collège Cœur de Marie, dans une note, dont on a eu une copie, a tenu à couper court à ces rumeurs. « La direction du Collège Cœur de Marie apporte un démenti formel aux rumeurs faisant croire que deux de nos élèves auraient été kidnappés. C’est faux », peut-on lire dans la note. « La direction exhorte les parents à la vigilance. Assurez-vous que vos élèves ne prennent pas un taxi dont vous ne connaissez pas le chauffeur » ; poursuit la note.

Diery MARCELIN

Continue Reading

Trending