Connect with us

Entertainment

” Pitit Batsayi, li rele MWEN “, Chapit 1

Published

on

“Pitit Batsayi, li rele MWEN”

Premye chapit (Woman kreyòl)
Pibliye: 06.05.2010

Otè: Ansky HILAIRE
anskyhil22@gmail.com

Li rele Mwen. Se non l sa. Mwen te fèt san papa ak on atitid fènwa nan lannwit ki ta pral mete bout ak sezon dotòn lan. Jou sa a, te gen gwo lapli ki t ap tonbe, zèklè bò kote pa l t ap file koulè pwason ap sove nan lanas, ak gwo loray ki pa t sispann gwonde tankou se lè towo bèf tonton Tide a pral nan pari arebò rivyè Koubouyon ki touprè gwo pye sabilyè a. Kòmkwa yo te vle anpeche akouchman sa a, kote li menm, Mwen ak tout marasa li an ki pa t menm rive wè koulè je lannwit, paske l te rive disparèt lamenm jou an ak tout fanmchay la. Depi lè sa a, ti jennonm lan te jwi legzistans li jan li vle, menmsi l pa t janm konnen pou ki rezon, li te toujou pa t vle okenn moun wè do l. Sa ka parèt on ti jan pi dwòl toujou pou okenn “èt vivan”, ni manman l ni lèsen lèzanj yo pa janm rive sonje ki jou, ki dat oubyen tou, ki kote ti gason sa te wè premye solèy li.

Malgre tout sa nou tande a, Mwen se te yon timoun ki te janti anpil anpil. Men jantiyès li pa t rive epanye l jounen nwa yo ki boulvèse tout lavi l. Mwen grandi nan sousòl chato yo a ak manman l kite pèdi de (2) grenn zye l yo jou li t ap akouche l la. Sa ki te anpeche l, Madan Basayi, wè dènye pitit li an k ap grandi nan ladoulè ak lamizè pwòp frè li yo, ki pa t vle wè l, mete l. Se konsa, ti jennonm lan te tounen premye kafou kote lamizè fè kòve ak ranvòy li ranmase nan gran chemen sou yon ti lil ki pa gen pyès kretyen vivan ki abite sou li. N ap jwenn ti lil sa touprè rejyon yo rele Maskarad la, kote san tonbe sot nan syèl la tankou lapli.

Anyen pa nouvo anba syèl la, nou fas ak on reyalite kote lejann lan fè kwè nan on vye mitoloji antik, dlo ak son degaye [bri] te parèt kòm pi gwo ènmi Mwen ki te fin anraje ak on lide vanjans ras li, malgre li se te moun sis (6) pi gran frè yo te pi pa t ka wè nan fanmi an.

Lè Mwen te piti, preske chak swa, yo te konn pini l atò menm pou sa l pa t fè. Pinisyon l, se te pase lannwit lan deyò nan seren an. Pou Mwen, sa pa t anyen, se pa t pi gwo pinisyon l te konn pran. Wont, desepsyon, repwòch, trayizon se te pi gwo frèt ki te fwete konsyans li chak jou Pè Letènèl mete solèy la nan syèl la. Men, plis tan t ap pase, se plis li t ap fòse abitye l ak yo.

Lè bajoukase, Mwen te oblije rantre touswit nan kalòj ki nan sousòl la kote manman l toujou ye a pou l al pran swen li menmsi sa konn koute l yon jounen san l pa goute dlo frèt. Malgre imilyasyon ak mepri te tatouye lespri l, pa gen pyès moun ki te konn wè kote Mwen te fache oubyen ap fè kòlè sou lavi. Li dwe toujou di tèt li l pa fèt pou l jwenn lanmou nan lèzòt yo. Se te rezon ki fè Mwen te dakò meprize pwòp tèt li nan jan li te aksepte rete nan move sitiyasyon lavi te mete l la ki te trè konplike.

Tout dwa rezève Hitliyenews

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Entertainment

Elephant Man accusé d’avoir enfreint la loi sur l’immigration

Published

on


L’artiste de Dancehall, Elephant Man, dont le prénom est Oneil Bryan, a été accusé d’avoir enfreint la loi sur l’immigration. Une équipe de l’Unité de lutte contre le terrorisme et le crime organisé (C-TOC) a visité le domicile de l’artiste et lui a remis une convocation. La semaine dernière, l’artiste a été accusé d’avoir menti sur son formulaire d’immigration en ne déclarant pas avoir visité des pays touchés par le coronavirus. Un agent d’immigration a déclaré que lorsque Elephant Man est arrivé à Sangster International mardi soir, sur un vol en provenance de Bruxelles, en Belgique, il a déclaré sur son formulaire qu’il était Amsterdam aux Pays-Bas. Elle a dit qu’on lui avait demandé s’il était en Allemagne et l’animateur a dit non, et il ne l’a pas non plus déclaré sur son formulaire.


Il s’est ensuite excusé auprès du personnel de l’aéroport, du ministre de la Santé, le Dr Christopher Tufton, et du peuple de la Jamaïque pour les avoir potentiellement exposés au nouveau coronavirus. Jeudi dernier, les autorités sanitaires ont visité le domicile supérieur de l’artiste de dancehall Elephant Man à St Andrew, l’ont testé et lui ont ordonné de rester dans sa prémisse pendant 14 jours. Bryan doit comparaître en cour le 15 avril 2020 pour répondre des accusations.

Continue Reading

Entertainment

Edwidge Danticat élue membre de l’Académie américaine des arts et des lettres

Published

on

Edwidge Danticat élue membre de l’Académie américaine des arts et des lettres

L’auteur du roman « Le cri de l’oiseau rouge » Edwidge Danticat, vient d’être élue membre de la prestigieuse Académie américaine des arts et des lettres créée en 1898. Elle sera intronisée le 20 mai prochain, en compagnie de douze autres collègues artistes dont le célèbre artiste multimédia Laurie Anderson ou encore Terry Riley, a communiqué l’Académie, le 26 février 2020, sur son site internet.

Âgée de 51 ans, l’écrivaine américaine d’origine haïtienne se souvenait d’avoir assisté à une cérémonie de l’académie en 2005 au cours de laquelle elle a reçu le prix Benjamin H. Danks, décerné pour « encourager les jeunes écrivains ».

«Je suis allée à la cérémonie avec mon nouveau-né et un de mes amis l’a tenu pendant que je me suis assise sur scène et j’ai pris une photo avec tant d’écrivains qui étaient membres de l’académie », a-t-elle écrit. « Ce fut un jour que je n’oublierai jamais, en partie à cause de la jonglerie que je faisais, mais aussi parce que tant de merveilleux écrivains étaient là ».

Jeffmy Cazeau

Continue Reading

Entertainment

Léogâne : l’auditorium public toujours sur les matelas

Published

on

Léogâne : l’auditorium public toujours sur les matelas

Ce vendredi, sur initiative d’un groupe de jeunes regroupés au sein du MOREPOL (Mouvman pou Repran Oditoryòm Leyogàn), la population léogânaise est invitée à marcher pour réclamer la libération de l’auditorium public pour le mettre à disposition de la communauté. Un patrimoine abandonné et détourné de ses fonctions.

Ce matin, en franchissant l’entrée de l’auditorium public de Léogâne, on est vite saisi par l’impression d’arriver à un marché public. Des matelas exposés de toute part. Des acheteurs et des vendeurs en négociation. Des clients emportant le matelas acheté sur la tête. Rien ne reste de l’espace qui a été jadis le centre de la culture et des arts à Léogâne.

L’abandon de ce palais de l’art Léoganais a commencé bien avant 2010. Mais le tremblement de terre ayant seulement fissuré l’espace, a consacré ce détournement de l’auditorium vers d’autres fins non artistiques. L’espace a abrité entre-temps le Commissariat central pendant sa reconstruction, le bureau de la poste, les équipements lourds d’une firme de construction, une station de radio privée, une association de vaudouisants, entre autres. Le Tribunal de paix logé pendant une période dans l’auditorium est pour le moment transféré vers un abri de transition. Il est en reconstruction dans la cour de l’auditorium.

Un projet de reconstruction dans les tiroirs

En septembre 2018, le Nouvelliste a rapporté une note de la Mairie de Léogâne où l’institution demandait la libération par tous les occupants de l’auditorium en vue de réaliser un projet de réhabilitation. Plus d’une année après, rien est fait. L’auditorium est toujours occupé par des marchands de matelas, des institutions et particuliers. Le projet de réhabilitation n’a toujours pas vu le jour. Aucun espace public n’est disponible à présent pour le théâtre, le cinéma et autres activités culturelles comme c’était le cas jusqu’au milieu des années 2000 avec l’auditorium.

Le Directeur général de la mairie de Léogâne Wilbert Baptiste retourne la balle dans le camp du Ministère de la culture. ” Quand nous avons demandé aux occupants de libérer l’espace, nous avions agi sur demande du Ministère de la culture. Le Ministère nous avait fait savoir qu’un fonds était disponible pour la réhabilitation de l’auditorium et que nous devions faire en sorte que l’espace soit dégagé. Avec tous les troubles politiques qui se sont succédé, le projet n’a pas pu atterrir “, nous a t’il confié lors d’une entrevue à son bureau. ” Nous allons clôturer l’espace afin d’éviter son occupation par des particuliers. Continuer à les faire déguerpir sans travaux visibles, ce n’est pas intéressant “, nous a informé le Directeur général.

Un mouvement citoyen pour retrouver l’auditorium

Des citoyens, en majorité des artistes, se sont mis ensemble depuis quelques temps pour essayer de trouver les fonds nécessaires à la réhabilitation de l’auditorium. ” Il n’y a pas de vie sans art. Nous nous engageons comme artiste à trouver les moyens qu’il faut pour retrouver ce patrimoine matériel. Un refuge pour cette jeunesse désorientée “, réagit le Poète-écrivain Wilky Petit-homme, l’un des initiateurs. ” Normalement, l’état devrait se charger de nous rendre l’édifice. Mais vu la faiblesse de celui-ci, nous nous engageons à offrir l’auditorium à la communauté. Les jeunes artistes à Léogâne ne peuvent plus continuer à fonctionner sans un espace public où exposer leur talent “, renchérit le jeune romancier Ansky Hilaire, faisant aussi partie des initiateurs.

Le Directeur général de la mairie Wilbert Baptiste se dit ouvert à toute initiative citoyenne visant à réhabiliter la Bibliothèque. ” Si un groupe de citoyens artistes peut trouver les fonds nécessaires, nous n’y verrons pas d’inconvénients. L’espace sera disposé “, a t’il laissé entendre.


Diery Marcelin

dierymarcelin@yahoo.fr

Continue Reading

Trending